Intégrer un pôle

La Fédération Française de Gymnastique, afin de repérer ses Elites, met en place un réel parcours d’accès au haut niveau. Ce chemin, qui ne peut être que singulier, repose sur l’accompagnement des potentiels et ambitionne un double objectif :

  • Préserver la santé physique et mentale de ses pratiquants ;
  • Cultiver une réelle culture de la gagne afin d’atteindre les objectifs ambitieux de résultats que les différentes équipes de France ambitionnent.

Ce parcours d’accompagnement est le fruit d’un lien fort entre le club, étage de base de la stratégie de haut niveau FFG, et le secteur du haut niveau.

Le repérage des potentiels (en club)

Les premières étapes de la pratique des gymnastiques (GAF, GAM, AER, GR, TR/TU et GAC) sont fondamentales tant pour l’accroche affective que le développement moteur et physique. Elles participent activement à donner aux enfants le gout de la pratique sportive.

Au regard de ces caractéristiques biomécaniques, la gymnastique est un sport à maturité plus ou moins précoce. Les premiers pas dans le monde gymnique (0 à 8/9 ans) s’appuient en premier sur le plaisir, l’exploration, dans un espace sécurisé, du risque et le développement des habiletés motrice fondamentales et globale (l’équilibre, la locomotion et la préhension). Le jeu doit rester l’activité première.

De 8/9 ans à 12 ans, l’enfant devient petit à petit gymnaste. Il apprend alors à s’entrainer. La structure d’accueil est le club et tout particulièrement les clubs formateurs. L’objectif est le développement des habiletés motrice nécessaire à l’activité sportive. C’est l’étape principale de l’apprentissage des habiletés gymniques. Elle est décisive pour sa future carrière. Le développement de la force se fait uniquement au travers d’exercice utilisant le poids de corps ou l’instabilité (proprioception).

Au cours de ces périodes, les potentiels sont repérés mais le talent ne doit pas être développer. Le plaisir est toujours le moteur du désir de progrès gymnique. Ce repérage se base, en fonction des disciplines, sur un maillage territorial (regroupements Club/Département, Comité Régionaux, Zone et Nationaux), des Programmes Nationaux d’Identification et d’Accompagnement des Jeunes Talents (PNIAJT), des observations sur les compétitions de références et de la formation de l’encadrement (Formation Permanente Continue).

 

La détection des Elites (en structure d’entrainement)

L’intégration aux Parcours de Performance de la Fédération Française de Gymnastique (PPF) représente l’accès dans le dispositif vers la performance des équipes de France. Le gymnaste intègre une structure d’entrainement. Deux étapes distinctes jalonnent cette période de la carrière :

  • Pôle d’Accession Sportif – PAS (Pôle Espoir et dispositif Régionaux) : Eclosion des talents (de 12 à 16 pour les garçons et 12 à 15 ans pour les jeunes filles) ou « s’entrainer à s’entrainer » avec comme but la constitution des collectifs « Equipe de Frances ». Le gymnaste améliore ces capacités physiques. Il intègre les caractéristiques du sport de haut niveau et tout particulièrement les habiletés techniques. Le nombre de séquence d’entrainement ainsi que le volume horaire augmentent.
  • Pôle d’Excellence Sportive – PES (Pôle France et structure associée) : Expression de la performance (en fonction de la discipline, à partir de 16 ans pour les filles et 17 ans pour les garçons) ou « s’entrainer à la compétition et à la gagne » avec la recherche des podiums internationaux. Cela passe à la fois par la stabilisation des programmes techniques, l’adaptation aux différents codes de pointage, l’amélioration, si nécessaire, de la capacité physique au travers de méthodes de préparation physique spécifique. Le temps consacré à la compétition ou l’entrainement spécifique de celle-ci devient majoritaire (de 60 à 70%). Le volume d’entrainement et le calendrier se personnalisent.

 

 

La réussite du projet du gymnaste demande une intégration progressive au moyen de contacts réguliers avec la future structure d’accueil (sur une voire deux saisons), un respect du parcours singulier de SON projet de performance qui place le gymnaste et sa performance au centre des attentions de chacun, et la conduite avec rigueur du double projet sportif et professionnel garantissant une quête sereine de résultats et une sortie construite et apaisée du dispositif PPF.

La Fédération Française de Gymnastique a donc élaboré un dispositif global nommé « GymEval » comprenant une demande d’inscription (demande de la famille pour les mineurs et du gymnaste pour les majeurs) courant mars, une Commission Nationale d’Amission et de Maintien (CNAM) début mai et des évaluations périodiques (sportive, scolaire, médical (réglementaire ou non) de l’avancée du projet de chaque sportif.

L’atteinte de résultats internationaux demande du temps et du respect du développement de chaque gymnaste. Les raccourcis peuvent être préjudiciable pour l’excellence que demande la recherche de médaille dans le sport de haut niveau. Le parcours, plus que les performances à court terme, devient donc le centre des attentions de tout l’environnement (entraineur, parents, club, structure d’entrainement, fédération, scolarité, médical…) qui gravite autour du gymnaste.

En conclusion, pas trop, pas trop vite, pas trop tôt, (C. COLOMBO) tout en ayant bien conscience que le haut niveau c’est « doucement, on est pressé » (C. FAUQUET).